LES TOUT BOIS


 

"Le type le plus répandu est le canadien tout bois[...]" (Mathéron 1944).

 

Il existe plusieurs techniques de construction différentes :

  • lattes horizontales / verticales
  • lattes larges / étroites
  • lattes épaisses / fines
  • assemblage bord à bord / à clin
  • des feuilles de bois moulées

bordage horizontal

à mi-bois "cedar strip"

bordage à mi-bois (cedar strip) - Héritage Canoë Bois
Chauvière

C'est le type de bordage le plus courant en France.

Des clins horizontaux (d'étrave à étrave), étroits et fins, constituent la coque. Chaque virure est assemblée à la suivante par une feuillure (découpe dans l'épaisseur de la latte à mi-épaisseur). Les virures ne sont donc pas simplement jointes bord à bord, ce qui n'assurerait pas l’étanchéité mais se chevauchent légèrement dans l'épaisseur du bois.

"Le bordé en bois est "à franc bord" si celles-ci s'encastrent bord à bord comme les lattes d'un plancher. Il serait "à clins" si elles se chevauchaient, ce qui ne nécessite pas une construction aussi soignée mais donne une coque plus lourde." (Rambaud 1970).

assemblage à mi-bois, STEWARD,  Manuel de construction des bateaux en bois, éd. Maritimes et d'Outre-Mer, 1964
STEWARD, Manuel de construction des bateaux en bois, 1964

En cèdre, pin ou acajou, de 3 à 4 cm de large et 6 à 7 mm d'épaisseur (de la longueur totale du bateau) sont rivetés cuivre sur des membrures demi-rondes ou plates, verticales, en acacia ou en frêne. L'étanchéité est assurée par l'assemblage à mi-bois : une découpe des tranches de chaque clin, à mi-bois (à la manière du parquet), permet de les emboîter, d'augmenter la surface de chevauchement et donc l'étanchéité.

 

La ou les quilles sont généralement en chêne.

 

Le tout est verni plusieurs couches.

 

Les tout-bois en cèdre sont plus légers et plus souples alors que l'acajou est un peu plus lourd et plus cassant. Mais la tenue de l'acajou dans le temps est remarquable (voir les bateaux Elie en acajou).

 

bordage à mi-bois (cedar strip) - Héritage Canoë Bois
Hirondelle, Seyler
bordage à mi-bois (cedar strip) - Héritage Canoë Bois
Hirondelle, Seyler
bordage à mi-bois (cedar strip) - Héritage Canoë Bois
Chauvière

bordage "à clin"

bordage à clin - Héritage Canoë Bois
Elie

 

Ce type de construction moins courant en France (plus répandu en Grande Bretagne avec les Rob Roys), plus ancien, fait se chevaucher de larges clins horizontaux, généralement en tilleul, de quelques millimètres les uns par dessus les autres et rivetés cuivre. L'étanchéité est parfois augmentée par des baguettes en demi-jonc ajoutées sur les joints intérieurs.

Il est caractérisé par une coque non lisse mais "bosselée" de haut en bas (à la manière des coques de drakkars).

Ce mode de construction fait des bateaux plus résistants que les classiques mi-bois (Bliss 1934).

"Le bordé en bois est "à franc bord" si celles-ci s'encastrent bord à bord comme les lattes d'un plancher. Il serait "à clins" si elles se chevauchaient, ce qui ne nécessite pas une construction aussi soignée mais donne une coque plus lourde." (Rambaud 1970).

"Franc-bord

Bordage dont les planches sont fixées l'une contre l'autre de façon à offrir une surface lisse ; c'est le contraire du bordé à clins où les planches débordent l'une sur l'autre comme les tuiles d'un toit." (Bidault 1945, p. 293).

 

bordage à clin - Héritage Canoë Bois
Elie
construction à clin, STEWARD,  Manuel de construction des bateaux en bois, éd. Maritimes et d'Outre-Mer, 1964
STEWARD, Manuel de construction des bateaux en bois, 1964
bordage à clin - Héritage Canoë Bois
Elie

bordage large "rib and batten"

Canadian Canoe Co, rib and batten (photo R.C. Cross)
Canadian Canoe Co (photo R.C. Cross)

 

Construction rare en France. Les larges lattes sont jointes à franc bord. Des réglettes sont ajoutées par l'intérieur sur ces jointures pour assurer l'étanchéité.

 


bordage vertical

"cedar rib"

canot à cotes (cedar rib) - Héritage Canoë Bois
Peterborough

 Ici, contrairement au bordage horizontal, les clins sont verticaux, de plat-bord à plat-bord. Ils sont assemblés à tenon et mortaise, sans membrures ; seules deux ou trois lisses maintiennent l'ensemble (à la manière des membrures mais à l'horizontale).

 

Cette technique de construction a peut-être été exclusivement pratiquée par la compagnie canadienne Peterborough. Elle apparaît en France dans un catalogue : un bateau de Lawrence (mais nous n'en avons encore jamais vu). Elle est rare car particulièrement délicate et coûteuse.

 

canot à cotes (cedar rib) - Héritage Canoë Bois
Peterborough
canot à cotes (cedar rib) - Héritage Canoë Bois
Peterborough, assemblage à tenons et mortaises
canot à cotes (cedar rib) - Héritage Canoë Bois
Peterborough
canot à cotes (cedar rib) - Héritage Canoë Bois
Peterborough
canot à cotes (cedar rib) - Héritage Canoë Bois
Peterborough

contre plaqué

 

La plupart des périssoires étaient construites en contre-plaqué. C'est un mode de construction simple (à la manière des barques) puisqu'il n'assemble que quelques planches pour la coque.

pirogue de mer contre plaqué - Héritage Canoë Bois
pirogue de mer, Lawrence
monocoque contre plaqué - Héritage Canoë Bois
canoë monocoque
monocoque contre plaqué - Héritage Canoë Bois
canoë monocoque
monocoque contre plaqué - Héritage Canoë Bois
canoë monocoque
périssoire contre plaqué - Héritage Canoë Bois
périssoire, Loyau

double bordé

Deux bordages superposés de virures moins épaisses, alternées de manière à ce qu'une épaisseur recouvre les joints de l'autre épaisseur. Pour l'étanchéité, on applique un enduit spécial entre les deux bordés et parfois une toile fine (Stewart, 1964). Les clins intérieurs sont parfois obliques.

Qualités de légèreté et rigidité.

double bordé, STEWART  Manuel de construction des bateaux en bois, éd. Maritimes et d'Outre-Mer, 1964
STEWART, Manuel de construction des bateaux en bois, 1964

bois moulé

Cette technique a principalement concerné des bateaux de compétition (course en ligne). Mais il existe aussi des canoës de tourisme construits par ce procédé.